Groupe Valmen : expert en Assurance de Personnes

Le Groupe Valmen est spécialisé dans l’accompagnement des acteurs et opérateurs du marché de l’Assurance de Personnes et de la Protection Sociale. Nous apportons en particulier notre expertise sur les métiers de la Santé et de la Prévoyance.

Intervenant principalement sur des missions de conseil, de pilotage et d’assistance à maîtrise d’ouvrage, notre groupe se compose de trois entités permettant de couvrir trois grands domaines d’activités :

  • VALMEN : pilotage, assistance à maîtrise d’ouvrage et expertise métier ;
  • VALMEN CONSULTING : conseil, organisation et stratégie opérationnelle ;
  • STREAM-TECHS : conception et réalisation de solutions sur-mesure.

Face aux profondes mutations du secteur de la Protection Sociale, cette construction nous permet de couvrir des domaines d’activités à la fois distincts et complémentaires et d’adresser l’ensemble des problématiques rencontrées par les acteurs du marché pour leur permettre de réussir leurs projets de transformation.

En plus de leur expertise métier, nos collaborateurs disposent d’une palette de savoir-faire allant de la compréhension des enjeux stratégiques, organisationnels et réglementaires à la connaissance des systèmes d’informations propres au secteur.

9,1

millions €

C'est notre chiffre d'affaires pour l'année 2015 ... plus que 2014 et moins que 2016 !

82

consultants

Et nous continuons de recruter des femmes et des hommes de talent !

100

%

De notre activité dédiée à l'Assurance de Personnes !

18569

Tasses de café

Mais on aime aussi le thé !

Actualités

Présidentielles 2017 ... Le zéro reste à charge

La Mutualité française organisait au Palais Brongniard, ce mardi 21 février, un rendez-vous pour les candidats à l’élection présidentielle animé par la journaliste Audrey Pulvar.

La suppression des restes à charge est privilégiée par l’ensemble des candidats.

(Source : L’Argus de l’Assurance)

Pour en savoir plus : Présidentielle 2017 : candidats de gauche comme de droite défendent le zéro reste à charge

Source : Mutualité française Pour voir ou revoir les interventions : Place de la Santé - Rendez-vous du 21 février

Assurance emprunteur : modalités d’application du droit à l’oubli

Le droit à l’oubli pour l’accès à l’assurance d’un prêt va pouvoir être déployé. Deux décrets publiés début février précise le dispositif issu de la loi de modernisation de notre système de santé.

Pour en savoir plus : Assurance emprunteur : modalités d’application du droit à l’oubli

Source "L’Argus de l’assurance"

Le Groupe Valmen se dote de nouveaux moyens de communication

Le Groupe Valmen se dote de nouveaux moyens de communication. Des séries de mini-interviews en collaboration avec Xerfi Canal.

Cliquer sur <https://youtu.be/QQeLt0oINiw>

Une actualité    
Refus de tiers payant : pas de sanction contre les médecins mais une mise en garde de la CNAMTS


Une obligation, mais pas de sanction. Les médecins libéraux qui refusent le tiers payant à leurs patients ne seront pas poursuivis ni sanctionnés, alors même que la loi le rend obligatoire (*) depuis le 1er janvier 2017 pour les patients pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale (ALD, grossesse).

Interrogée par « le Quotidien », la CNAMTS le confirme noir sur blanc. La caisse précise que « la convention ne prévoit pas de sanction en cas de non-respect de cette obligation ». Même réponse du ministère de la Santé qui « ne compte pas poursuivre les médecins qui refuseraient d’appliquer le tiers payant ». À une exception près : le refus de tiers payant pour les patients bénéficiaires de la CMU-C et de l’AME constitue un manquement conventionnel. Les médecins qui ne la respecteraient pas s’exposent à des pénalités (suspension des avantages sociaux, déconventionnement temporaire).

Les médecins libres de leur choix
Cette prise de position officielle des autorités a de quoi rassurer les médecins tentés de suivre les consignes des syndicats. La CSMF appelle en effet les praticiens à ne pas appliquer systématiquement la dispense d’avance de frais, malgré l’obligation. « Nous sommes favorables à un tiers payant social, explique le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la confédération. Au-delà, c’est au médecin de choisir, d’estimer si son patient en a besoin ou pas, y compris lorsque ce dernier est en ALD. On ne veut pas d’une dérive bureaucratique. »
Également opposé à l’obligation, MG France appelle les praticiens à ne pas changer leurs habitudes. « Vous faites ce que vous avez décidé de faire, indique Claude Leicher, président du syndicat de généralistes. Il n’y a de toute manière aucune sanction pour ceux qui n’appliqueront pas le tiers payant. » Le médecin alerte cependant ses confrères tentés de pratiquer la dispense d’avance de frais à la part complémentaire : « C’est techniquement difficile, il n’y a aucune garantie de paiement et pas d’interlocuteur unique en cas de problème. »

Vers une sanction par les patients ?
Malgré ces réticences, la CNAMTS se félicite de la progression du tiers payant au cours des derniers mois pour le cas des dépenses prises en charge à 100 %. Elle met également en garde les professionnels réticents. « En cas de non-respect de ce droit, le médecin prend le risque de voir sa patientèle se détourner vers d’autres médecins pratiquant le tiers payant », avance la caisse.
Les patients iront-ils jusqu’à boycotter les praticiens récalcitrants ? Ce qui est sûr, c’est que les associations de patients regroupées au sein du CISS se montrent très critiques à l’égard du dispositif en place, qui exonère les professionnels de toute sanction.
« Nous ne sommes pas pour des sanctions bêtes et méchantes, confie Marc Morel, son directeur. Mais le texte en place ne nous satisfait pas. Il faut trouver un système qui encourage les médecins à pratiquer le tiers payant intégral. »
Le CISS encourage donc les patients qui ne pourraient pas exercer leur droit à écrire à l’Ordre des médecins, faute de mieux pour l’instant. À ce stade, aucune plainte n’est remontée dans les associations. « Mais ce n’est pas significatif, note Marc Morel. La plupart des patients à 100 % bénéficiaient déjà du tiers payant. » Selon lui, les choses risquent de se compliquer à partir du 30 novembre 2017, lorsque l’obligation s’étendra à toute la population.

(*) sur la part des dépenses remboursées par la Sécurité sociale. Le Conseil constitutionnel a censuré la dispense d’avance de frais sur la part complémentaire.

Source Quotimed 11 février 2017

Salaires : l’assurance reste l’un des secteurs où l’on gagne le plus d’argent (étude Dares)

Avec l’industrie pharmaceutique et la banque, l’assurance est l’un des trois secteurs où les salaires sont les élevés en France.
C’est une étude qui risque de motiver les candidats à l’emploi dans l’assurance. La direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) vient de publier une étude sur les salaires par secteur et par branche professionnelle en 2014. Un panorama dans lequel on apprend qu’en France, le salaire moyen net des salariés en équivalent temps plein (ETP) s’élève à 2 225 €.

L’ASSURANCE SUR LE PODIUM
Certains secteurs d’activité arrivent tout de même mieux à tirer leur épingle du jeu que d’autres. L’assurance est ainsi l’une des branches où les rémunérations sont les plus élevées, avec 3 280 € nets par mois en moyenne. Selon la division en charge des statistiques au ministère du Travail, seuls deux secteurs sont plus rémunérateurs : l’industrie pharmaceutique (3 749 €) et la banque (3 669 €). Loin derrière, la restauration rapide (1 412 €) et les entreprises de propreté (1 394 €) ferment la marche de ce classement.

UN ÉCART CONSÉQUENT ENTRE LES HOMMES ET FEMMES
Pour autant, l’assurance ne se distingue pas de tous les indicateurs observés par la Dares, et fait même partie notamment des mauvais élèves au regard de l’écart de salaire net entre les femmes et les hommes. Car si ce chiffre, tous secteurs confondus, s’élève à -18,6% en moyenne, il grimpe à -28,9% au regard des rémunérations pratiquées dans les sociétés d’assurances.

(Source L’Argus de l’Assurance 31 janvier 2017)

VALMEN RECRUTE

Pour faire face à sa croissance et répondre aux besoins de ses clients, le Groupe Valmen recherche de nouveaux talents.